Atelier d'espace urbain

Blog

MEMOIRE

Le mémoire est l'élargissement réflexif du travail de fin d'études (TAFE). Il est commencé au début du deuxième quadrimestre M1 et terminé deux mois avant le jury de diplôme.

Maria Vaiedelich et Ariane Jouhaud en action dans la performance de Daniel Buren à BOZAR le 23 avril 2016.

 

 

Le mémoire en Espace urbain correspond à 10 crédits.

 

Qu’entend-t-on par « mémoire » ?

 

D’abord, il faut le situer dans le schéma qui préside au Master 2, et qui consiste à rechercher et mettre en œuvre une articulation forte entre :

-le Travail artistique de fin d’études (TAFE)

-le mémoire

-le stage externe d’un mois (avec validation via un rapport de stage)

-à l’appui, le cas échéant, un Module transdisciplinaire, un CASO de deuxième cycle et/ou un Séminaire

 

Le mémoire n’est pas séparé du TAFE, mais il en constitue un élargissement réflexif. Il doit être terminé juste après le congé de Printemps pour libérer le temps de travail nécessaire au travail artistique en vue du jury de diplôme. Il n’aurait aucun sens après.

 

Il s’agit d’un travail écrit et personnel qui témoigne d’une capacité à exposer et développer une question centrale éclairant le travail artistique, et d’une capacité à mettre en œuvre avec méthode les connaissances acquises au cours de ses études, selon une démarche argumentée et cohérente, avec pertinence, hauteur de vue, et avec une maîtrise des références du champ abordé (4 ou 5 artistes, 4 ou 5 auteurs). Le mémoire fait état d’une recherche originale intégrant les connaissances nécessaires à une compréhension active des concepts liés à la question centrale.

 

A l’appui : le cours de Méthodologie du mémoire (Eric Van Essche) suivi an M1.

 

Il ne s’agit pas d’un mémoire au sens « universitaire » (forme austère de ± 100 pages de texte), mais une monographie de 30 à 60 pages maximum, dans une mise en page adéquate à son contenu, relié et présenté d’une manière claire.

 

S’il n’est pas nécessaire d’adopter les formes académiques telles que l’appareil de notes et une numérotation systématique des paragraphes, il est obligatoire de bâtir une table des matières solide et de veiller à ce que toutes les sources soient clairement données (on doit toujours savoir qui parle et d’où viennent les informations). La bibliographie est structurée de manière à hiérarchiser les sources (citations, références) ; les sources principales y sont mises en évidence et à l’intérieur de publications ou de sites web de niveau professionnel, les parties directement utilisées pour le mémoire sont mises en évidence et clairement référencées.

 

Le promoteur ou la promotrice interne est membre du personnel enseignant de l’ENSAV La Cambre.

Quel est son rôle ?

-Il faut savoir que le suivi rapproché est assuré par l’atelier (émergence du sujet et de sa problématisation, structure et table, références artistiques et bibliographiques, jusque et y compris la question de la rédaction et de l’orthographe).

- Le promoteur ou la promotrice interne a donc à s’impliquer au travers de ±5 rendez-vous, sur base du Synopsis et du Portfolio, sur les questions de fond. Ces rendez-vous peuvent se faire en tout lieu jugé utile ou à l’atelier, notamment dans le cadre des "overviews".

- Le promoteur ou la promotrice interne prend obligatoirement part au jury de mémoire qui aura lieu en juin 2020.

 

Quelques règles à respecter 

 

Archiver de manière vivante les notes de lecture, compte-rendus de recherche, de visite, interviews, premiers textes retenus comme supports, notes et réflexions diverses au cours du processus de recherche, iconographie riche et variée. Toute cela devrait utilement constituer un journal de bord papier ou électronique, auquel se référer à tout moment du processus.

 

Pour les documents numériques, sauvegardes régulières sur deux supports.

 

Soigner le texte (grammaire, orthographe, style, ton, …). Se relire et se faire relire.

 

Faire preuve d’esprit de synthèse : l’intérêt de ce travail ne se mesure pas au nombre de pages ni au circonvolutions.

 

Eviter les formes ampoulées comme le « nous » dit de modestie.

 

Tenir à jour un planning personnel intégrant le travail artistique, le mémoire et le stage externe. Attention, la rédaction du mémoire prend toujours plus de temps que prévu. Il est impératif de respecter les étapes du calendrier général ci-dessous.

 

Structure minimum

 

-Titre et sous-titre, école, option, promoteur/promotrice (et lecteur externe le cas échéant), année académique.

-Table des matières détaillée + pagination.

-Introduction d’une page (± 3500 s.e.c.) mettant en évidence les liens du sujet avec l’espace urbain et le travail artistique personnel, en le connectant au stage externe et à tout apprentissage utile.

-Texte de maximum 30 à 60 pages illustré de visuels légendés.

-Bibliographie structurée et hiérarchisée.

-Annexes éventuelles (cahier de visuels, textes complémentaires, facsimile, etc.).

 

Le mémoire est en principe un document A4 mis en page et relié, édité en min. 5 ex. et faisant l’objet d’un soin particulier et inventif quant à sa présentation générale et à sa lisibilité. Une attention particulière sera accordée aux choix de layout, de typographie, de papier support, de couverture et de reliure (les perfo-reliures par anneau plastique banales sont à proscrire).

 

Le mémoire est communiqué aux membres du jury de mémoire accompagné du Synopsis version finale.

 

La composition du jury de mémoire est discutée avec le promoteur. Pour la commodité, il est utile que ses membres prennent aussi part au jury artistique. La défense du mémoire fera l’objet d’une information complémentaire.

 

 

PROCESSUS

 

M1

 

Le processus du mémoire démarre en M1 au début du deuxième quadrimestre, avec intervention de Joachim Olender.

 

3 objectifs :

 

a) Déposer le 30 avril une note d'intention qui développe le résumé contenu dans le Synopsis#03 (max. 1 feuillet A4 recto-verso) avec une synthèse des premières idées, questions, pistes, en insistant sur celles qui ont un lien fort avec l’espace urbain et le travail en cours.

 

b) Déposer le jour du jury blanc (date à déterminer la semaine du 20 mai) version définitive de la note d’intention (max. 1 feuillet A3 recto-verso plié A4, avec visuels), document comprenant un titre définitif, l'indication du/de la promoteur.trice interne (après avoir obtenu un accord formel) :

 

-5 références d’œuvres en lien direct

-5 références de notions ou concepts d’espace urbain explorés

-5 références de publications en lien direct

 

Les points a) et b) sont partie intégrante de l’évaluation du 2ème quadrimestre.

 

c) Présenter au jury de fin d’année, sous forme d’une projection ppt, la note d’intention définitive, mise en page, avec visuels légendés et un paragraphe d’introduction mettant en évidence les liens avec l’espace urbain et le travail en cours, avec indication de pistes pour le stage externe. Le titre du travail est à compléter d’un sous-titre pointant une notion d’espace urbain.

 

M2

 

Le processus de base est le suivant :

• ajout à la note d'intention : un feuillet liant travail artistique, mémoire, stage externe (terminé) et séminaire et/ou CASO

• réunions en groupe le mercredi matin avec Raymond Balau

• 20 pages rédigées, illustrées et mises en page pour la première semaine atypique (novembre)

• intervention de Joachim Olender

• tablées

• finalisation d'une version complète en brouillon avancé pour l'évaluation de la fin du premier quadrimestre

• version finale en 1 ex. déposée juste après le congé de Printemps, qui sera prise en compte dans l’évaluation du deuxième quadrimestre.

• édition en 5 exemplaires en vue du jury de mémoire (date à déterminer en juin)

 

Attention : avant tout entretien relatif au mémoire, a fortiori pour les tablées, veiller à ce que chaque version du mémoire comporte :

-prénom et NOM

-date

-n° de le version du mémoire

-pagination

et veiller à déposer un print une semaine auparavant.

 

 

Des informations complémentaires complétant le présent descriptif sont communiquées au fur et à mesure des besoins.

 

 

A suivre ...