Atelier d'espace urbain

Blog

KUGJWVCOSMFWEKC

Au fils de l’année, diverses rencontres sont au programme, à l’atelier ou dans la ville, à l’initiative des étudiant.e.s ou des intervenant.e.s.

 

 

30 janvier 2018 • Séminaire au Studiolo avec Nikolay Konstantinov Nikolov, autour de la réalité virtuelle, matériel et potentiels. Une belle occasion de réfléchir à ce qu'on entend par « on peut tout faire », « n'importe quelle configuration », en ayant un fil à la patte, en se demandant ce qui distingue un cadre d'une scène, et comment passer le « l'action restreinte » mallarméenne, en s'émancipant de la mémoire médiatique ou de tel ou tel « univers » transmédiatique, en essayant d'entrevoir des possibilités au-delà ou en-deçà des esthétiques de jeux vidéo. À partir d’un matériel acquis dans le cadre du CASO Arts Numériques, Nikolay Konstantinov Nikolov a proposé une réflexion quant au statut d’un ensemble d'outils pour un travail immersif en réalité virtuelle : ordinateur MSI Nightblade 3, VR7RC-600EU intel core i7, NVIDIA GeForce GTX 1060, mémoire graphique de la carte 6gb, mémoire (RAM) 16gb, LG moniteur 24M47VQ-P24, casque de réalité virtuelle.

 

 

21 février 2018 • Visite du Pathé Palace la veille de sa réouverture après travaux, en compagnie de l’architecte Alain Richard, ainsi que d’Isabel Biver, auteure du livre « Cinémas de Bruxelles, portraits et destins » (CFC-Editions) conviée par Christian Châtel dans le cadre du workshop « parKour » (vidéo) en B2. Après douze ans de fermeture, ce lieu mythique de Bruxelles, qui a accompagné toute l’histoire du cinéma, a rouvert ses portes pour révéler un espace labyrinthique obtenu par un travail de soustraction opéré dans les configurations issues de transformations à différentes époques et par un ensemble d’éléments nouveaux destinés à réorganiser le lieu autour d’une sorte d’agora qui révèle de manière forte la complexité de l’endroit. Empreint de beaucoup d’attention aux apports — parfois étonnants — de ses prédécesseurs, Alain Richard a su tirer parti, dans les limites d’un budget serré, d’une situation qui aurait pu paraître inextricable, pour y inscrire un projet culturel lié à l’évolution du cœur de Bruxelles.

 

 

26 avril 2018 • Echange avec le photographe et cinéaste Nelson Makengo en résidence au WIELS. Dans la salle Super7 transformée, il a présenté plusieurs de ses films, notamment « Tabu » (Festival international de Court-métrage de Clermont-Ferrand, France 2018), (Afrika Film Festival, Belgique 2018), « Théâtre Urbain » (Compétition International Festival de film documentaire de Saint Louis, Sénégal 2017), (Afrika Film Festival, Belgique 2018), ainsi que des rushes d'un projet en cours. Après les Journées Portes Ouvertes des 16 et 17 mars, il s’agissait de préfigurer la vocation de cette salle, à savoir, outre le travail des étudiants, d’y accueillir des œuvres présentées en vue de rencontres et d’échanges, dans une logique qui trouve sa lointaine origine dans la présentation du film de Joachim Olender, « La collection qui n’existait pas » (2014), en présence de Herman Daled, et qui se développera à partir de septembre 2019 sur base d’une programmation d’ores et déjà à l’étude.

Illustrations

XXX

Nikolay Konstantinov Nikolov et un groupe d’étudiant.e.s lors de la présentation d’un dispositif immersif de réalité virtuelle.

YYY

Alain Richard et un groupe d’étudiant.e.s lors de la visite du Pathé Palace à Bruxelles, à nouveau accessible après douze ans de fermeture.

ZZZ

Nelson Makengo et un groupe d’étudiant.e.s après la projection de ses films récents au Super7.